Mouvement d’avocats associés : Le marché des cabinets d’avocats d’affaires se redessinent complètement

2017, 7 Chiffres clefs

  • 209 : le nombre de mouvements d’associés en 2017 (–2% vs. 2016).
  • +144% : Record historique du nombre de mouvements sur l’expertise NTIC / Media / Données personnelles par rapport à la moyenne des 11 années précédentes.
  • 4 : le nombre d’expertises qui ont connu leur plus haut historique en 2017 (NTIC / Media / Données personnelles, Santé, IP-IT, Private Equity). Redéfinition du marché des cabinets.
  • 23% :  le nombre d’associés qui rejoignent un cabinet nouvellement créé (contre 30-35% depuis 11 ans). Plus bas historique.
  • 1 associé sur 4 : 1 associé sur 4 est venu d’un cabinet anglais. Record historique.
  • 1,31: le ratio arrivées/départs des cabinets américains. Record historique.
  • 1 sur 3 :  la part des femmes dans les mouvements d’associés en 2017.

1. 209 mouvements d’associés en 2017

Avec 209 mouvements d’associés en 2017, on observe une très légère baisse de 2% par rapport à 2016. C’est le plus faible volume depuis 2010, néanmoins, il s’inscrit dans la norme installée depuis 2011 s’établissant à plus de 200 mouvements par an. La répartition par statut de départ vs. statut d’arrivée a été très classique avec notamment 26% des mouvements qui concernaient des collaborateurs devenus associés en changeant de cabinet et 66% concernaient des avocats déjà associés dans leur structure d’origine. En revanche, les expertises qui ont bougé sont très différentes des mouvements traditionnels, tendant à démontrer la redéfinition en cours du paysage des cabinets d’avocats d’affaires en termes de compétences et priorités.

Plusieurs facteurs expliquent ces récentes évolutions :

  1. Des obligations réglementaires des entreprises qui nécessitent des nouvelles compétences de leurs conseils notamment en données personnelles (règlement RGPD)
  2. Des enjeux sectoriels majeurs tels que les scandales sanitaires qui ont un impact sur l’expertise droit de la santé ou le retour en force des transactions qui valorisent l’expertise Private Equity
  3. Des enjeux organisationnels des entreprises tels que la digitalisation

 

 

Figure 1 : nombre de mouvements d’associés dans les cabinets d’avocats d’affaires en France depuis 2006

2. Record historique du nombre de mouvements sur l’expertise NTIC/Media/Données personnelles : +144% par rapport à la moyenne des 11 années précédentes

L’expertise NTIC/Media/Données personnelles a connu 22 mouvements d’associés contre 9 mouvements annuels en moyenne depuis 2006, soit un record historique. « Avec l’émergence de réglementations contraignantes comme le RGPD, les entreprises ont un sérieux besoin d’expertise pour les accompagner sur le projet. Les cabinets essaient donc de s’équiper sur ces compétences en données personnelles pour saisir d’immenses opportunités de marché » explique Florence Schlegel, associée Day One, en charge de l’offre Conformité et qui pilote les projets RGPD. Tant et si bien que l’expertise NTIC/Media/Données personnelles constitue la 6e expertise avec le plus de mouvements en 2017. C’est même la 5e expertise pour les cabinets US et français. Au total, 19 cabinets ont recruté un associé spécialisé en NTIC/Media/Données personnelles au cours de l’année 2017.

 

3. Un bouleversement historique de la répartition des mouvements par expertise

Si le Corporate/M&A demeure bien évidemment l’expertise avec le plus de mouvements, en revanche le classement est bouleversé.

  • Les spécialistes du CONTENTIEUX ont été extrêmement sollicités : avec 35 mouvements, c’est la 2e expertise avec le plus de mouvements en 2017, atteignant un 2e plus haut historique.
  • L’expertise Santé a connu un record historique de 11 mouvements d’associés en 2017 contre en moyenne 2 mouvements par an depuis 2006 soit 384% de croissance. Cette évolution peut s’expliquer par la multiplication des scandales sanitaires et des contentieux afférents tels que le Levothyrox ou la Depakine qui impliquent des besoins d’expertise en droit de la santé au sein des cabinets pour qu’ils puissent répondre aux demandes potentielles de conseil de leurs clients. Là encore, le « mercato » des cabinets d’avocats d’affaires répond à la loi de l’offre et de la demande.
  • L’expertise IP/IT avec 25 mouvements connait elle aussi un record historique, s’affirmant comme la 3e expertise la plus sollicitée en 2017. L’intérêt des cabinets pour cette expertise répond aux mêmes enjeux que l’expertise NTIC/Media/Données personnelles à savoir la réglementation RGPD mais aussi la digitalisation des organisations. « Cette évolution peut également s’expliquer par la problématique de digitalisation qui vient bouleverser les entreprises dans leur fonctionnement, dans leur rapport aux clients, dans leur gestion des données. Les cabinets sont donc attendus sur ces sujets nouveaux où la législation est en train de se construire. » ajoute Jérôme Rusak, associé Day One qui pilote le baromètre depuis 12 ans.
  • L’expertise Private Equity avec 24 mouvements a égalé son record historique de… 2016 et 2012. La reprise des transactions grâce à une attractivité retrouvée de la France pour les investisseurs n’est pas étrangère à la revalorisation de l’expertise Private Equity pour permettre aux cabinets de saisir toutes les opportunités.
  • L’expertise Afrique qui avait vu beaucoup d’associés bouger en 2016 a connu une diminution de 50% du volume de mouvements soit 5 mouvements d’associés en 2017 contre 10 l’année précédente. « On continue à observer une appétence stratégique très forte des cabinets d’avocats d’affaires pour le continent africain, mais les cabinets qui évoluent sur l’Afrique sont aujourd’hui logiquement en phase de consolidation après avoir très fortement renforcé leurs équipes ces dernières années » témoigne Axel Jurgensen, associé Day One qui pilote le bureau Day One Afrique à Casablanca.
  • Par ailleurs, des domaines d’expertise n’ont connu aucun mouvement notamment l’assurance et la construction.

 

Figure 2 : répartition des mouvements d’associés selon l’expertise technique de l’avocat en 2017

 

4. Record historique : les nouveaux cabinets attirent beaucoup moins associés : 23% contre 30-35%

Les nouvelles structures (créées dans les deux dernières années, soit en 2017 ou 2016) n’ont accueilli que 23% des mouvements d’associés contre généralement 30-35% soit un plus bas historique remarquable. Alors que ces structures avaient accueilli de nombreux mouvements d’associés ces dernières années, il semblerait que 2017 marque une vraie rupture.

5. Record historique : 1 associé sur 4 vient d’un cabinet anglais

La contribution des cabinets UK atteint son plus haut historique : avec 23% des associés issus de cabinets anglais, jamais autant d’associés n’avaient quitté les cabinets anglais tant en % qu’en volume (45). D’ailleurs, les cabinets américains ont beaucoup recruté dans les cabinets anglais. En comparaison, très peu d’associés qui ont bougé en 2017 étaient issus de cabinets américains : seulement 16% soit le 2e plus bas historique derrière 2010 (14%). Cette contribution est en baisse constante depuis 2011 ce qui laisserait à penser que les associés ne quittent pas les cabinets américains.

6. Record historique : le ratio arrivées/départs des cabinets américains au plus haut à 1,31

Les cabinets américains ont été très actifs en termes de recrutements d’associés en 2017 avec 42 arrivées d’associés représentant 20% des mouvements, soit leur 3e plus forte contribution historique aux arrivées. Conjugué au faible nombre de départs (32), le ratio arrivées/départs des cabinets américains a donc atteint un record historique en 2017 à 1,31. De leur côté, les cabinets français ont proportionnellement beaucoup moins recruté qu’au cours des dernières années. Pour preuve, avec 129 arrivées en 2017, les cabinets français ont connu leur plus bas volume depuis 2010.

7. 1 Mouvement d’associé sur 3 a concerné une femme

L’année 2016 avait vu un record historique de 88 mouvements d’associées femmes. L’année 2017 a été moins féconde puisque 74 mouvements ont concerné des femmes soit 1 mouvement d’associé sur 3. On retiendra notamment 2 cabinets qui ont recruté un nombre important d’associées femmes en 2017 : un cabinet américain a recruté 5 associés femmes et un cabinet anglais a recruté 4 associés femmes. Au total, 63 cabinets ont accueilli au moins 1 femme associée contre 88 cabinets qui ont accueilli au moins 1 homme (cf. figure 3). Proportionnellement beaucoup plus de femmes sont devenues associées en changeant de cabinet (32% des mouvements de femmes vs. 23% des mouvements d’hommes) : le changement de cabinet constitue de fait beaucoup plus un sésame vers l’association pour les femmes que pour les hommes

Avec 13 arrivées de femmes, les cabinets américains ont représenté 18% des mouvements d’associées femmes soit leur 2e plus haut historique depuis 10 ans. Dans l’ensemble les taux de féminisation des recrutements d’associées femmes demeure faible depuis 2006 (cf. figure 4).

 

Figure 3 : répartition des cabinets en fonction du nombre de recrutement par genre en 2017

 

Figure 4 : répartition des cabinets en fonction du taux de féminisation des recrutements depuis 2006

Note de lecture : chaque point gris représente un cabinet ; l’axe des ordonnées indique le nombre de recrutements effectués par chaque cabinet depuis 2006 (échelle de 1 à 60 recrutements) ; l’axe des abscisses indique le % de femmes sur la totalité des recrutements d’associés (échelle de 0 à 100).

 

 

Méthodologie : le baromètre Day One des mouvements d’associés dans les cabinets d’avocats d’affaires en France est élaboré quotidiennement depuis 2006 à partir d’informations publiées dans la presse généraliste et spécialiste (papier ou électronique) ainsi que des sites web des cabinets d’avocats concernés.