Les mouvements d’associés dans les cabinets d’avocats d’affaires en 2014 : 10% de baisse

Baromètre Day One sur les mouvements d’associés dans les cabinets d’avocats d’affaires en France en 2014*

Le capital humain est une variable de contrôle de premier ordre lorsqu’il s’agit d’analyser l’alignement stratégique d’un cabinet d’avocats. A ce titre, les mouvements d’associés sont révélateurs de grandes tendances : que ce soit pour étudier la dynamique du marché, pour anticiper le développement de certaines practices ou pour ajuster le positionnement des cabinets.

Les 10 points clefs en 2014

1. Un volume de mouvements en baisse de 10% en 2014
2. 3 principales raisons de la baisse
….a. Les cabinets français recrutent moins à l’extérieur
….b. 34% de départs en moins des cabinets américains
….c. Les spécialistes du fiscal, du social et de la finance ont nettement moins bougé
3. Jamais autant de cabinets n’avaient nommé un associé par recrutement externe
4. Depuis 9 ans, seulement 3,5% des associés proviennent de l’Entreprise (voir Focus)
5. 1 mouvement d’associé sur 3 concerne une femme : un record historique !
6. Dans les cabinets américains, 8 associés sur 10 viennent de cabinet Américain ou Anglais
7. Depuis 2008, les cabinets américains ne compensent pas 1 départ d’associé par 1 recrutement externe
8. 1 mouvement sur 3 se fait toujours vers des nouveaux cabinets (c’est-à-dire un cabinet créé dans les 2 dernières années)
9. Tendances sur les domaines d’expertise : les spécialistes du Contentieux et du Droit pénal des affaires de plus en plus prisés
10.Les associés ayant le plus bougé : 2 associés ont connu 5 cabinets en 9 ans !

Un volume de mouvements en baisse de 10% en 2014

Avec 209 mouvements, 2014 a été marquée par une baisse de 10% des mouvements par rapport à l’année précédente. Il s’agit du plus faible nombre de mouvements depuis 4 ans. Il conviendra de suivre de près cette évolution pour établir s’il s’agit d’une réelle tendance ou d’un phénomène conjoncturel. Depuis la création du baromètre en 2006, seule la crise financière de 2008, qui s’était répercutée sur les mouvements de l’année 2009, avait engendré une réelle chute dans le volume annuel des mouvements d’associés.

Figure 1 : nombre de mouvements d’associés dans les cabinets d’avocats d’affaires en France depuis 2006

Figure 1

3 principales raisons de la baisse

Les cabinets français recrutent moins à l’extérieur

A contrario, il ressort qu’entre 2013 et 2014 le nombre d’associés accueillis dans les cabinets français a chuté de 13%, alors que le nombre d’associés accueillis dans les cabinets anglais ou américains n’a pas varié significativement. La baisse globale des mouvements d’associés pourrait donc s’expliquer par une frilosité dans le recrutement d’associés de la part des cabinets français.

34% de départs en moins des cabinets américains

A quoi vient s’ajouter un deuxième constat : l’année 2014 a vu le nombre de départs des associés en provenance de cabinets américains baisser de près de 34%. Ils étaient 61 à provenir de ce type de cabinets en 2013 et ne sont plus que 40 en 2014.

Les spécialistes du fiscal, du social et de la finance ont nettement moins bougé

Enfin dans l’analyse des variations concernant les domaines d’expertise, il ressort une forte baisse du nombre d’experts en fiscalité (-11 par rapport à 2013), en social (-10 par rapport à 2013) et en finance (-7 par rapport à 2013). Cette baisse n’est pas compensée par la recrudescence des mouvements d’associés spécialisés en droit pénal des affaires (+9 par rapport à 2013) ou en contentieux (+8 par rapport à 2013).

Jamais autant de cabinets n’avaient nommé un associé par recrutement externe

Paradoxalement, en 2014, un nombre record de cabinets (117) a connu au moins 1 arrivée ce qui démontre, malgré le ralentissement général du nombre de mouvements, que de plus en plus de cabinets sont concernés par le recrutement latéral. Une des explications possibles a trait à la volonté des cabinets d’aller chercher du chiffre d’affaires immédiat en attirant des associés ou des équipes chevronnées qui vont pouvoir renforcer les practices existantes, générer du chiffre d’affaires pour l’ensemble du cabinet mais aussi vers les autres associés du cabinet. Ce mouvement s’effectue au détriment des promotions internes d’associés, plus lentes à générer le chiffre d’affaires attendu. « Beaucoup de cabinets sont dans une situation inconfortable pour promouvoir des associés en interne car ils n’ont pas suffisamment préparé les collaborateurs seniors au business development et au management » souligne Jérôme Rusak, associé Day One, qui pilote ce baromètre depuis 9 ans.
L’autre explication concerne la volonté des cabinets d’étoffer leur palette de compétences internes en recrutant une ressource à l’extérieur. La judiciarisation du monde des affaires symbolisée par le développement des mouvements de spécialistes en contentieux ou en droit pénal des affaires va dans ce sens.
Par ailleurs, en 2013, 3 cabinets avaient connu au moins 8 mouvements, en 2014 aucun. On peut y voir une des explications à la baisse générale du nombre de mouvements cette année.

Figure 2 : répartition des cabinets d’avocats en fonction du nombre d’associés recrutés par le cabinet

Figure2
Note de lecture : En 2014, sur tous les cabinets concernés par des arrivées d’associés, 59% ont recruté 1 seul associé, 23% ont recruté 2 associés, 9 % ont recruté 3 associés…

1 mouvement d’associé sur 3 concerne une femme : un record historique !

1 mouvement sur 3 (31%) concerne une femme associée, ce qui constitue un record historique ! Par ailleurs, jamais autant de femmes n’avaient accédé à l’association en changeant de cabinet. Ainsi, avec une augmentation de plus de 70% du nombre de collaboratrices devenues associées en rejoignant un nouveau cabinet en 2014 (29 avocates), le changement de cabinet n’a jamais autant constitué un sésame vers l’association pour les femmes. Au total, 64 mouvements d’associés concernent des femmes, soit un plus haut historique avec 2012 (65 mouvements).
Du côté des hommes, les collaborateurs ayant accédé à l’association en changeant de cabinet représentent 31% de l’ensemble des mouvements d’avocats hommes en 2014, en ligne avec les 8 dernières années (29%). Il n’y a donc pas à première vue de variation significative sur ce point.

Dans les cabinets américains, 8 associés sur 10 viennent de cabinets américains ou anglais

Les associés qui arrivent dans les cabinets américains proviennent très majoritairement des cabinets anglais (41%) soit d’autres cabinets américains (37%). Ce chiffre confirme la tendance observée en 2013 (83% des nouveaux associés de cabinets américains arrivaient de structures anglo-américaines).
Si cette tendance devait se confirmer, il apparaitrait que les associés de cabinets français vont avoir de plus en plus de difficultés à rejoindre les cabinets américains et que la culture anglo-américaine devient un facteur décisif pour acquérir le statut d’associé dans les cabinets américains.

Depuis 2008, les cabinets américains ne compensent pas 1 départ d’associé par 1 recrutement externe

Le ratio arrivées / départs confirme, conformément aux tendances révélées depuis 2006, que les cabinets français sont ceux qui compensent le plus les départs d’associés par le recrutement latéral (1,21), ce qui est tout-à-fait logique sur un marché local français. Les cabinets anglais affichent un ratio de 0,94 qui indique que quasiment chaque départ d’associé en 2014 a été compensé par l’arrivée d’un associé de l’extérieur. Enfin, bien que le ratio des cabinets américains soit en légère hausse, puisqu’il s’établit à 0,73 sur 2014, contre 0,48 en 2013, il indique clairement que les cabinets américains depuis 2008, ne compensent plus le départ d’un associé par un recrutement externe.

1 mouvement sur 3 se fait toujours vers des nouveaux cabinets

L’année 2014 confirme la prégnance des mouvements vers les cabinets récents. Les cabinets créés dans les deux dernières années continuent de drainer une large part des mouvements d’associés. Ils étaient 33% en 2013 et sont 35% en 2014 à avoir choisi un cabinet nouvellement créé. Soit les avocats créent eux même le cabinet, soit ils rejoignent un cabinet qui leur permet de devenir associé. Cet engouement s’inscrit dans un contexte de développement continuel des cabinets de niche.

Tendances sur les domaines d’expertise : les spécialistes du Contentieux et du Droit pénal des affaires de plus en plus prisés

Le classement des expertises ayant généré le plus de mouvements reste sensiblement conforme à la tendance des années précédentes. Cette constance fait la part belle au M&A (23%), au Contentieux (19%) en très forte hausse par rapport à 2013 (39 mouvements contre 31). On constate par ailleurs que le Droit pénal des affaires a connu un plus haut historique en 2014 : avec 16 associés qui ont changé de cabinets, jamais le Droit pénal des affaires n’avait été autant prisé par les cabinets d’avocats d’affaires en France.

Figure 3 : répartition des mouvements d’associés selon l’expertise technique de l’avocat en 2014

Figure3

Les associés ayant le plus bougé : 2 associés ont connu 5 cabinets en 9 ans !

Sur l’ensemble des mouvements d’associés depuis la création de ce baromètre, il ressort que 25 associés ont changé au moins 3 fois de structures au cours de ces neuf dernières années. On remarque que 2 associés ont changé 4 fois de cabinets en 9 ans, en d’autres termes, ils ont connu 5 structures sur la période soit un cabinet tous les 2 ans ! La tendance montre que la majorité des mouvements se réalise au sein de cabinets français (53%), puis dans les cabinets américains (30%) et enfin, dans des cabinets anglais (12%).

Depuis 9 ans, sur un marché des cabinets d’avocats d’affaires qui totalise près de 3 000 avocats associés, la moitié ont changé au moins une fois de cabinet.

Figure 4 : répartition des associés selon leur nombre de changements de cabinets depuis 2006

Figure4

Focus

Les associés en provenance d’une structure non cabinet depuis 2006 : depuis 9 ans, seulement 3,5% des associés issus de l’extérieur proviennent de l’Entreprise.

En 2014, 12 associés ont été recrutés dans des structures qui ne sont pas des cabinets d’avocats soit 6% de l’ensemble des mouvements de l’année. Parmi eux, 8 arrivent du monde de l’entreprise.
Lorsqu’on analyse la tendance sur les 9 dernières années, on constate que 7% des associés qui ont bougé provenaient d’une structure non-avocats (entreprises, politique, université, cabinet de conseil…) et parmi eux, la moitié seulement (52%) en provenance d’une entreprise. En d’autres termes, depuis 2006 seulement 3,5% des associés arrivaient de l’entreprise.

« La réalité d’une grande profession du droit n’existe pas dans les faits. Le statut d’avocat en entreprise était une avancée majeure pour la profession et aurait facilité la fluidité de l’employabilité de tous les professionnels du droit », constate Olivier Chaduteau, associé de Day One.

Figure 5 : origine des associés en provenance de l’extérieur depuis 2006

Figure5

 

Le baromètre dans la presse :

Méthodologie : le baromètre Day One des mouvements d’associés dans les cabinets d’avocats d’affaires en France est élaboré quotidiennement depuis 2006 à partir d’informations publiées dans la presse généraliste et spécialiste (papier ou électronique) ainsi que des sites web des cabinets d’avocats concernés.

(*) Etude complète en vente au prix de 490€ HT. Contacter Julie Chabaud au 01 53 30 08 63

Contacts :
Jérôme Rusak, Associé. Tél. : 01 53 30 08 63 – jerome.rusak@dayone-consulting.com
Olivier Chaduteau, Associé. Tél. : 01 53 30 08 63 – olivier.chaduteau@dayone-consulting.com