CACOCAC® 2011 | Etude Day One

CACOCAC® 2011 | Etude Day One

Un marché de l’Audit désormais totalement entre les mains des BIG 4 et de Mazars

L’étude « CACoCAC® 2011» [1] de Day One confirme l’oligopole des Big 4 et de Mazars, (qui demeure l’exception française) sur ce marché ! Désormais seuls les BIGs et Mazars sont Commissaires aux Comptes du CAC 40. En effet, l’année 2010 marque la sortie du dernier non-BIG survivant (Corevise – commissaire aux comptes de Michelin).
Le marché est largement concentré aux mains des BIG 4 : leur part de marché s’élève à 91% en termes d’honoraires et à 85% en termes de nombre de mandats (+3 points entre 2009 et 2010).

« Les principaux critères de choix d’un commissaire aux comptes pour les entreprises du CAC 40 : l’appartenance à un réseau pouvant répondre aux besoins de la société à l’international, le besoin d’afficher « une signature », le suivi de la doctrine comptable internationale (notamment des normes IFRS) ainsi que l’homogénéité de la méthodologie et des outils d’audit à travers le monde – rendent difficile l’entrée d’autres cabinets en tant que commissaire aux comptes de ces sociétés » précise Jérôme Rusak, associé de Day One.

Une année record en termes d’honoraires tirée par des prestations autres que les missions de certification de comptes pures.
En 2010, les honoraires versés par les entreprises du CAC 40 aux commissaires aux comptes se sont élevés à 734 millions d’euros, en hausse de 3,3% comparé à 2009. C’est le niveau le plus haut jamais atteint, et ce malgré une pression toujours accrue sur les prix (notamment dans l’achat de prestations intellectuelles) dans les grandes entreprises.

« La principale source de cette croissance provient de l’augmentation de 28% (à 129 millions d’euros) des honoraires des autres diligences liées à la certification et des autres prestations, alors que les honoraires liés au commissariat aux comptes (pur) affichent une baisse de 1% comparé à 2009 pour s’élever à 605 millions d’euros en 2010. Leur part dans le montant global des honoraires du CAC40 est descendue à 82% contre 86% en 2009 (le plus haut depuis 2003) » indique Ani Priftanji, analyste au sein de Day One.

Risques et opportunités : quid de la matérialisation des nombreux risques et opportunités de renouvellement des mandats ?
Une première grille de lecture des analyses (en valeur et en volume) mises en évidence dans l’étude Day One, démontre qu’il existe des risques de perte de mandats importants pour certains cabinets, et donc des sources d’opportunités pour les autres cabinets. A titre d’exemple, Deloitte et Ernst & Young affichent respectivement 6 et 8 mandats qui arrivent à échéance après l’année fiscale 2011 et dont l’ensemble des honoraires s’élève à 65 et 94 millions d’euros.
Néanmoins, la pratique démontre que les opportunités, bien que parfois nombreuses, ont une faible probabilité de réalisation. Ainsi, sur 2009 et 2010 , on constate que moins de 1 commissaire aux comptes sur 10 est remplacé à la fin de son mandat. Dans ces conditions, la probabilité d’une reconfiguration majeure de la répartition des parts de marché des commissaires aux comptes sur le marché du CAC 40 semble donc très faible.

KPMG et Mazars font figure d’exception.
Si les 5 cabinets présents désormais sur ce marché ont tous affiché une croissance de leurs honoraires, seuls KPMG et Mazars ont augmenté de manière non négligeable leur ratio « honoraires / nombre de mandats ».
Ainsi Mazars, malgré la perte d’un mandat (Danone), a réussi à augmenter d’environ 900 000€ ses honoraires par mandat.

 

Méthodologie

L’étude porte sur les 40 sociétés du CAC 40 en 2010. Les informations sont extraites des documents de référence des sociétés, de 2003 à 2010.
– Pour des raisons de comparabilité, il a été tenu compte de Technip (au lieu d’Air France) sur toute la période de 2003 à 2010.
– Lagardère ayant quitté le CAC 40, les données 2010 concernent Publicis Groupe SA qui l’a remplacé dans l’indice du CAC 40. Les données 2003-2009 concernent toutefois toujours le Groupe Lagardère
Pour chaque société, ont été extraites les informations suivantes pour chaque CAC titulaire :
– Honoraires par CAC,
– Honoraires par poste,
o Commissariat aux comptes, certification, examen des comptes individuels et consolidés,
o Autres diligences et prestations directement liées à la mission du Commissaire aux Comptes,
o Autres prestations.
– Expiration du mandat en cours.
Exceptions :
– Air Liquide : pas de données disponibles pour les honoraires de 2003.
– ArcelorMittal : uniquement identité des CAC titulaires de 2006 à 2010.
– STMicroelectronics : les honoraires sont convertis en euros sur la base du taux de change euro / dollar de la clôture au 31 décembre de l’année fiscale concernée.
– Axa : hors honoraires pour audit statutaire des fonds d’investissement et des sociétés non consolidées.
– Pernod Ricard : Changement de date de clôture des comptes du 31/12/2004 au 30/06/2005. Par conséquent, les honoraires déclarés couvrent la période du 01/01/2004 au 30/06/2005 et sont comptabilisés dans notre étude uniquement en l’année fiscale 2005 (i.e. aucun honoraire n’a été enregistré pour Pernod Ricard pour l’année fiscale 2004).
– Suez Environnement : Informations disponibles uniquement de 2007 à 2010.
Les cabinets étant CAC titulaires et rachetés pendant la période étudiée sont comptabilisés sous le nom du cabinet acquéreur à partir de la date d’acquisition.

 

Lire le benchmark d’une autre année

2016

 

2015

 

2014

 

2013

 

2012

 

 

#nextisdifferent

 

 

Sources

[1] Etude sur les Commissaires aux Comptes des entreprises du CAC40, présentant les commissaires aux comptes de chaque groupe ainsi qu’une analyse de l’évolution du marché de 2003 à 2009 – Prix : 750€ HT (897€ TTC).

Commander l’étude

This website uses cookies for a better internet experience and statistics.
Know more