Et si Corneille analysait le marché des avocats | Etude Day One

Et si Corneille analysait le marché des avocats | Etude Day One

Taux, l’unique objet de mon aigreur ! 
Taux, à qui vient ton prix d’annuler ta valeur ! 
Taux que tu fixes Maître, sans lien avec mes attentes ! 
Taux enfin que je hais parce qu’il prend des proportions démentes ! 
Puissent tous tes concurrents ensemble conjurés 
Saper ses fondements vers un prix plus justifié ! 

Le taux horaire est mort ! Il est temps de passer à autre chose, non seulement parce que les clients attendent des prix plus proches de la valeur ajoutée, des budgets plus prévisibles, une segmentation plus précise par rapport à la valeur apportée, mais aussi parce que le taux horaire ne démontre en rien la valeur de l’avocat, puisqu’il est un multiple de ses coûts, et qu’une heure passée avec un spécialiste apportera toujours plus de valeur que 4 heures passées avec un débutant, et pourtant le prix final sera inversement proportionnel à la valeur reçue et perçue par le client.

Le marché des cabinets d’avocats d’affaires entre dans un nouveau paradigme où la valeur, la vitesse et l’efficience sont devenues les pièces centrales, qu’on s’en satisfasse ou non. Il en résulte une segmentation forte du marché en forme de sablier avec d’un coté les cabinets apportant une forte valeur, une réponse stratégique et un accompagnement sur-mesure et de l’autre les cabinets organisés et structurés, souvent grâce aux nouvelles technologies et à l’intelligence artificielle, pour fournir des solutions plus standardisées, plus simples, plus quotidiennes et volumétriques. Ces deux nouveaux types de cabinets s’en sortiront grâce à un business model réinventé. Les autres, au mileu du sablier, dans ce ventre mou du marché, n’auront pas les moyens de survivre car auront un modèle trop cher pour les uns, trop faible pour les autres et surtout illisible et inefficient.

Ce nouveau paradigme doit inviter les cabinets à changer et à travailler différemment, non pas en critiquant le passé, mais en trouvant comment cette nouvelle donne, ces nouveaux besoins et attentes des clients, ce nouveau monde plat et global, ce nouveau partage du savoir et ces nouveaux progrès de la technologies et du big data, permettent de repenser ce travail si essentiel et de plus en plus indispensable qu’est l’analyse du droit, de la législation et de la régulation pour le bon fonctionnement de l’économie des entreprises et à n’en pas douter des cabinets in fine !

 

#nextisdifferent
This website uses cookies for a better internet experience and statistics.
Know more