10 ans de mouvements d’avocats associés | Etude Day One

10 ans de mouvements d’avocats associés | Etude Day One

Baromètre des mouvements d’associés en 2015 : 10 ans de baromètre, les grands enseignements depuis 10 ans, les 10 chiffres clefs

Depuis 2006, Day One analyse à travers le baromètre des mouvements d’associés dans les cabinets d’avocats d’affaires en France, les grandes évolutions du marché du Droit. 2016 marque donc les 10 ans de ce baromètre et permet d’identifier 5 tendances majeures qui ont marqué la dernière décennie sur le marché des avocats d’affaires en France.

10 ans de mouvements d’avocats associés

Les 10 chiffres clefs

1. 1970 mouvements d’associés depuis 2006.

2.  235 mouvements maximum en une année. C’était en 2013.

3. 151 mouvements minimum en une année. C’était en 2009.

4.  27% de femmes dans les mouvements d’associés depuis 10 ans (535).

5. 5 cabinets différents connus en 10 ans par 4 associés, soit 1 nouveau cabinet tous les 2 ans.

6. 57% de mouvements de femmes associées dans l’expertise Santé. La plus « féminisée ».

7. 2009 : la seule année ou le Corporate / M&A n’a pas été l’expertise avec le plus de mouvements. C’était la Finance.

8. 141: le nombre de mouvements record en un semestre. C’était le 1er semestre 2011.

9. 7% des associés sont arrivés de « l’extérieur » (entreprise, politique…) depuis 2006.

10. 49 associés recrutés par un seul cabinet américain à Paris depuis 10 ans. Le record.

10 ans de mouvements d’avocats associés

Les 5 tendances
1. Plus de 200 associés bougent chaque année.

En 2006, Day One avait identifié 152 mouvements d’associés sur le marché. En 2015, 210 mouvements ont été identifiés. L’année charnière s’est située en 2011, où pour la première fois, plus de 200 mouvements d’associés ont été identifiés en une seule année. Avant 2011, la moyenne des mouvements par an était de 169 ; après 2011, la moyenne se situe à 225 mouvements par an. Cette mouvance des associés n’est pas sans conséquences pour les cabinets, loin de là puisqu’un associé qui part emmène souvent des collaborateurs avec lui et surtout son portefeuille clients. « Les départs d’associés ont des impacts sur le positionnement des cabinets, redéfinissant parfois leur légitimité sur certains marchés ; sur l’actif clients, puisque nombre d’entre eux sont souvent attachés à l’associé davantage qu’à la structure ; sur l’actif humain, puisque les départs d’associés et de leurs équipes nécessitent de former, promouvoir ou recruter de nouvelles compétences ; sur le savoir du cabinet, puisque la connaissance d’un associé sur le marché, sur les clients, sur les prescripteurs n’est souvent pas suffisamment organisée au sein des cabinets ; et enfin sur l’organisation même du cabinet. » indique Jérôme Rusak, associé de Day One, qui pilote le baromètre depuis 10 ans.

10 ans de mouvements d’avocats associés

2. Les mouvements d’associées femmes ont fortement augmenté depuis 10 ans.

En 2006, les femmes n’étaient concernées que par 22% des mouvements d’associés soit 1 mouvement sur 5. En 2015, les femmes représentaient 35% des mouvements d’associés, soit 1 mouvement sur 3 ! Sur 10 ans, les femmes ont été impliquées dans 27% des mouvements, néanmoins la hausse n’a pas été constante. On observe clairement un phénomène de 3 vagues successives : de 2006 à 2009, les femmes sont passées de manière constante de 22% des mouvements à 31% ; de 2010 à 2012, elles sont passées de 19% à 29% ; de 2013 à 2015 (tendance en cours), la part des femmes est passée de 25% à 35% des mouvements. Cette évolution s’inscrit dans une volonté plus large du marché d’aller vers davantage de diversité. On a noté ainsi au cours des dernières années la création par le Cercle Montesquieu d’un classement des cabinets en fonction de leur niveau de « féminisation des associés » partant du principe qu’il n’y avait pas de raison que les prestataires des directions juridiques ne ressemblent pas à leurs clients, où la proportion de femmes est beaucoup plus élevée … Au-delà, certains cabinets ont même réfléchi à des processus d’association spécifique pour les femmes.

 

3. Le Corporate / M&A est le domaine d’expertise qui a connu le plus de mouvements au cours des 10 dernières années.

22% des associés soient 442 qui ont bougé entre 2006 et 2015 avaient une expertise Corporate / M&A. C’est de loin l’expertise la plus prisée des cabinets puisque la 2e expertise avec le plus de mouvements est le contentieux représentant… 13% des mouvements. Le poids du Corporate / M&A s’explique facilement par le fait qu’il constitue le plus souvent l’expertise « centrale » du cabinet à partir de laquelle, d’autres expertises vont pouvoir être développées. L’exemple du M&A générateur de missions pour le fiscal, la concurrence ou le social des cabinets est à cet égard limpide.

 

4. Changer de cabinet a constitué un sésame vers l’association.

Entre 2006 et 2015, 28% des mouvements ont concerné des avocats qui n’étaient pas associés dans leur structure d’origine. En d’autres termes, les cabinets n’offrant pas suffisamment de possibilités d’association, beaucoup de collaborateurs ont choisi de partir pour devenir associés. Depuis 10 ans, ce cas de figure a représenté une part relativement constante des mouvements, avec quelques « pointes » à 34% en 2010 et 2012. On peut y voir aussi la volonté pour une nouvelle génération d’avocats de mener sa carrière autrement, ou de pratiquer le métier différemment. Surtout, cette tendance s’inscrit dans la difficulté de plus en plus forte des candidats à l’association à remplir des critères quantitatifs élevés en termes de développement commercial, notamment dans les cabinets anglo-saxons. Si bien que nombre de cabinets sur le marché français ont développé des statuts alternatifs à l’associé equity afin de pouvoir conserver des avocats très bons techniquement ou doués pour « fructifier » un client mais qui n’ont pas d’appétence au business development. D’où l’émergence de « counsels », « of counsels », « local partners », « associés en industrie », « associés non equity »…des termes regroupant  parfois des réalités bien différentes en fonction des cabinets et de leur nationalité.

 

5. Les nouveaux cabinets attirent 1 associé sur 3.

Depuis 10 ans, 33% des mouvements d’associés se font vers des structures créées dans les 24 derniers mois. Ce phénomène reflète l’émergence des boutiques ou des cabinets de niches, créés par des associés issus des grands cabinets internationaux, qui disposent de l’expertise technique inhérente à ces structures, savent travailler en réseau ou à l’international et… ne sont pas contraints aux mêmes charges de fonctionnement. Au cours des 10 dernières années, Day One a identifié plus de 250 créations de boutiques à travers le baromètre des mouvements d’associés. « Au cours des 10 dernières années, les entreprises ont commencé de plus en plus à se tourner vers ce type de structures qu’elles définissent comme flexibles, avec un niveau d’expertise élevé, avec une implication et une disponibilité beaucoup plus forte de l’associé en raison des moindres contraintes du business model par rapport aux grandes structures internationales. » souligne Jérôme Rusak. Les grandes structures disposent cependant d’un atout majeur avec leur « footprint » international. Les mouvements d’associés vers ces boutiques et cabinets de niche constitueront à n’en pas douter un enjeu majeur pour les cabinets en France dans les années à venir et une nouvelle vague de consolidation n’est pas à exclure.

 

Contact

Jérôme Rusak, Associé

Tél. :  01 53 30 08 63

jerome.rusak@dayone-consulting.com

 

#nextisdifferent
This website uses cookies for a better internet experience and statistics.
Know more