Etude Legaltech – Droit & digital : réalités et prospectives

« Droit & digital : réalités et prospectives »

A partir de l’analyse de 140 legaltechs dans le monde, Day One propose une analyse opérationnelle des relations entre le marché du droit et les outils digitaux

 

Day One, cabinet de conseil en management et en organisation spécialisé sur les professions juridiques, a mené une étude centrée sur les services juridiques qui sont et qui seront concernés par la transformation digitale.

Dans le but de cartographier le marché des start-ups du droit, nous avons étudié et analysé l’activité de 140 start-up, dans 12 pays et sur 4 continents, pendant 8 mois. Il s’agit d’un marché en évolution permanente. Notre analyse s’est attachée à dégager les différents segments du marché du droit qui seront impactés par l’utilisation des technologies. Pour ce faire, nous avons analysé un échantillon assez large et représentatif, nous permettant de comprendre le fonctionnement du marché et d’en analyser les futures tendances. « Cette étude nous confirme que la transformation digitale du marché du droit est bien en marche à travers le monde, mais aussi qu’elle incite les avocats et les juristes d’entreprise à réfléchir en même temps à trois sujets majeurs : la « valeur » du service juridique, la « technologie » disponible et le « collaboratif » qui, à eux trois, impliquent un véritable changement de paradigme, de modèle et de posture » résume Olivier Chaduteau, associé-fondateur de Day One.

Les principaux éléments à retenir sur cette étude sont :

  • Tendance BtoB : La croissance du nombre de legaltechs est très dynamique depuis 2013 et se concentre de plus en plus sur le marché BtoB.
  • L’importance des start-ups du partage (35% des legaltechs analysées) : Le partage d’information est le premier besoin ayant fait l’objet de développement de startup notamment via les marketplaces dédiées aux avocats. C’est un segment très occupé dont la maturité semble désormais établie. En cours de consolidation sur les créneaux les plus classiques, il se développe maintenant dans d’autres directions.

Cette étude nous confirme que la transformation digitale du marché du droit est bien en marche à travers le monde, mais aussi qu’elle incite les avocats et les juristes d’entreprise à réfléchir en même temps à trois sujets majeurs : la « valeur » du service juridique, la « technologie » disponible et le « collaboratif » qui, à eux trois, impliquent un véritable changement de paradigme, de modèle et de posture Olivier Chatudeau

  • La production de services juridiques par les legaltechs (54% des legaltechs analysées): Pour l’heure, les legaltechs se sont principalement développées sur le créneau de la production de services juridiques. Ce segment va donc dorénavant changer de dimension pour utiliser des technologies de plus en plus poussées et de l’intelligence artificielle soft. Les interfaces vont être dotées de chatbots, les interactions entre les outils donnent naissance aux smart contracts et la sécurisation des informations passe par la blockchain.
  • L’émergence des services d’aide à la décision (11% des legaltechs analysées): Les services d’aide à la décision sont encore peu nombreux mais bénéficient d’un intérêt croissant de la part des praticiens comme des investisseurs. Le développement le plus séduisant concerne l’analyse statistique des décisions passées et leur traitement statistique. Les perspectives les plus importantes sont liées à la transformation de textes structurés (articles de lois, jurisprudence, doctrine…) en données. Cette évolution est possible grâce aux progrès de l’intelligence artificielle et d’un de ses pans : le machine learning.

Matrice Day One servant de base à l’étude et utilisée lors des audit digitaux de Directions Juridiques
  • Les évolutions à venir :
    • Les legaltechs qui pourront tirer leur épingle du jeu seront celles qui parviendront à se concentrer sur la résolution d’un problème en exploitant le maximum de la technologie et en croisant les technologies entre elles.
    • Le développement de l’utilisation des technologies va obliger à repenser les compétences à réunir dans les directions juridiques et les cabinets d’avocats, en allant bien au-delà des compétences juridiques et techniques.
    • Les legaltechs vont devoir faire le pari de la transparence pour permettre aux juristes et aux avocats de s’approprier la provenance, la transformation et l’utilisation des données.

Les conclusions que nous livrons dans cette étude reprennent les principaux enseignements de ce que nous avons pu observer et analyser sur la transformation digitale des métiers du droit. L’utilisation de l’ensemble de ces conclusions est aujourd’hui pleinement exploitée par les équipes de Day One dans la plupart des missions de conseil en organisation que nous menons pour les directions juridiques ou les cabinets d’avocats.

 


Notre équipe